La vitamine K, c’est quoi exactement ?

La vitamine K est une vitamine liposoluble (soluble dans les huiles et les gras). 20% de ses apports sont synthétisés par les bactéries de la flore intestinale et 80% proviennent de l’alimentation. En réalité, il n’existe pas une mais plusieurs vitamines K : la vitamine K1 (aussi appelée phylloquinone ou phytoménadione) et la vitamine K2 (aussi appelée ménaquinone) sont les plus importantes. Ces molécules interviennent dans le processus de la coagulation du sang : le “K” vient d’ailleurs de l’allemand “Koagulationsvitamin“.

À quoi sert la vitamine K ? Outre leur rôle essentiel au niveau de la coagulation sanguine, les vitamines K interviennent aussi dans la construction osseuse et la croissance cellulaire : naturellement anti-inflammatoires, elles protègent la santé cardiovasculaire.

Quels sont nos besoins en vitamine K ? L’apport quotidien recommandé en vitamine K est de 1 μg (microgramme) par jour par kilo chez l’adulte : ainsi, une femme de 65 kilos devra consommer 65 μg par jour de vitamine K (K1 ou K2). Les besoins quotidiens en vitamine K sont accrus chez les femmes enceintes et allaitantes.  La vitamine K se trouve en particulier dans les légumes à feuilles vertes : épinards, choux, persil, brocolis, salade. Les huile de colza et de soja en contiennent aussi une quantité importante tout comme les foies dont le foie de bœuf.

Attention ! Les personnes sous anti-coagulants (également appelés “anti-vitamine K”) doivent éviter de consommer ces aliments riches en vitamine K car cela risque de fausser leur traitement prévenir les accidents thromboemboliques

Que se passe-t-il en cas de carence ?

La carence en vitamine K est peu fréquente : elle concerne en particulier les personnes qui souffrent d’une malabsorption des graisses (en cas de mucoviscidose, d’hépatite ou de cirrhose, par exemple) et/ou qui prennent un traitement médicamenteux particulier (antibiotiques au long court, anti-épileptiques, aspirine ou supplémentation en fer, par exemple). La carence en vitamine K s’observe plus fréquemment chez le nouveau-né et le bébé prématuré. C’est pourquoi de la vitamine K est administrée à la majorité des bébés à la naissance

En novembre 2020, une étude conduite par des chercheurs de l’Institut de recherche cardiovasculaire de Maastrich (aux Pays-Bas), avait par ailleurs montré que les personnes qui souffrent d’une carence en vitamine K étaient plus susceptibles de développer une forme sévère de la pathologie.

Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs néerlandais avaient étudié le profil médical de 184 patients hospitalisés pour une forme grave de Covid-19 à Nimègue (aux Pays-Bas) et comparé les données avec celles d’un groupe-témoin non-atteint par la maladie. Verdict ? Les scientifiques ont constaté que les patients atteints du Covid-19 qui avaient une carence en vitamines du groupe K (K1 et K2, en particulier) présentaient davantage de complications pulmonaires sévères.

À lire aussi :

  • Les aliments les plus riches en vitamine B 12
  • Vitamine D : les 12 aliments qui en contiennent le plus
  • 9 aliments pour faire le plein en vitamine C
Le persil © Getty Images
Le cresson © Getty Images
Le chou vert © Getty Images
Les épinards © Getty Images/Westend61
Le chou kale © Getty Images
Les brocolis © Getty Images/EyeEm
Le fenouil © Getty Images
Les graines de soja © Getty Images/EyeEm
L’edamame © Getty Images/EyeEm
L’huile de soja © Getty Images
Le foie de porc © Getty Images
Myrtilles © Getty Images
Le jus de carotte © Getty Images/500px Prime
Le thé vert © Getty Images/EyeEm
Le jus de grenade © Getty Images

The post Les 15 aliments les plus riches en vitamine K first appeared on ProcuRSS.eu.