Jusqu’à présent réservée aux médecins hospitaliers ou exerçant dans les Centres gratuits d’information, de dépistage et de diagnostic (CeGIDD), il sera possible à compter du 1erjuin 2021, à tout médecin – y compris généralistes- d’assurer la prescription initiale de la PrEP, annonce ce 28 mai le ministère de la Santé. L’objectif est de simplifier le parcours des personnes concernées et de renforcer son accès pour les personnes les plus exposées au VIH. “Le Covid-19 ne doit pas faire oublier les autres épidémies, à commencer par celle de VIH. Le déploiement de la PrEP en ville est une demande de longue date des associations que nous honorons aujourd’hui. C’est une décision de santé publique importante qui facilitera l’accès des patients à ce traitement, et aura j’en suis sûr un impact important sur les contaminations”, a déclaré Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé.

Au 30 juin 2019, 20 478 personnes avaient initié une prophylaxie pré-exposition au VIH (PrEP) d’après l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) – un chiffre en forte augmentation depuis 2016. 98 % des patients sont des hommes homosexuels, âgés de 38 ans en moyenne.

PrEP (Truvada) : qu’est-ce que la prophylaxie pré-exposition au VIH ?

Première chose à savoir : la prophylaxie pré-exposition au VIH (PrEP) est un traitement médicamenteux qui protège d’une infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH), responsable du Sida.

La PrEP s’adresse aux personnes séronégatives (c’est-à-dire : qui n’ont pas le VIH) qui ont des rapports sexuels avec des personnes séropositives (comprendre : qui sont infectées par le VIH) ou dont le statut sérologique n’est pas connu (qui sont donc potentiellement séropositives). C’est un outil qui permet de se protéger contre le Sida.

La PrEP est un médicament (qui se présente sous la forme de comprimés bleus) à prendre par voie orale : en pharmacie, elle est disponible sous le nom commercial de Truvada®. Il existe également des médicaments génériques : Emtricitabine/Tenofovir Disoproxil®, par exemple.

Attention ! Il ne faut pas confondre la PrEP (Truvada® et génériques) avec le traitement post-exposition (TPE) qui s’adresse aussi aux personnes séronégatives mais qui se prend après le rapport sexuel à risque. La PrEP, ce n’est pas non plus la même chose que le Treatment as Prevention (TasP) : ce dernier correspond au traitement pris quotidiennement par les personnes séropositives pour réduire la quantité de VIH dans l’organisme – on parle de “réduire la charge virale”.

À savoir. C’est prouvé : une personne séropositive sous traitement (TasP) et qui a une charge virale indétectable ne transmet pas le VIH à son, sa, ou ses partenaires.

PrEP (Truvada) : à qui ça s’adresse ?

Si la majorité des patients traités par PrEP sont des hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes, le Truvada® peut être prescrit à toutes les personnes séronégatives ayant des rapports sexuels considérés comme “à risque” par les autorités sanitaires. Selon la Haute Autorité de Santé (HAS), la PrEP s’adresse tout particulièrement aux hommes et aux femmes “exposés à un haut risque de contracter le VIH”, c’est-à-dire :

aux hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes,
aux personnes transgenres qui ont eu des rapports sexuels anaux sans préservatif avec (au moins) 2 partenaires sexuels différents au cours des 6 derniers mois,
aux travailleurs/-ses du sexe ayant des rapports sexuels non-protégés,
aux personnes ayant des rapports sexuels non-protégés avec une personne infectée (ou potentiellement infectée) par le VIH.

[ENQUETE] Voir le reportage de TopSanté TV : “Pour ou contre la PreEP ?”

PrEP (Truvada) : comment ça fonctionne ?

Le médicament Truvada® et ses génériques associent deux molécules antirétrovirales actives contre le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) : l’emtricitabine et le ténofovir disoproxil. Ces substances “bloquent” l’activité d’une enzyme du virus (la rétrotranscriptase ou transcriptase inverse), ce qui empêche la reproduction du VIH dans les cellules infectées.

Truvada® : les contre-indications. La PrEP (Truvada® et génériques) peut être prescrite à partir de l’âge de 12 ans, chez les adolescents de plus de 35 kg. Ce traitement est contre-indiqué en cas d’insuffisance rénale modérée à sévère. Il n’est pas recommandé chez la femme enceinte ou allaitante.

Truvada® : les effets indésirables. Le ténofovir (l’un des deux principes actifs du médicament Truvada®) peut être toxique pour les reins : la santé rénale des patients sous PrEP fait ainsi l’objet d’une surveillance accrue.

Par ailleurs, en cas d’immunodépression, d’obésité, de consommation excessive d’alcool ou encore de prise de corticoïdes, la PrEP peut être à l’origine d’une atteinte osseuse – qui se manifeste à travers des douleurs à la hanche, au genou et/ou à l’épaule, des difficultés à marcher et/ou des raideurs articulaires. Enfin, il est déconseillé de conduire lorsqu’on est traité par PrEP car ce médicament peut être responsable de vertiges.

Du côté des effets secondaires “fréquents” et “très fréquents” (qui concernent entre 1 % et 10 % des patients), on peut citer les troubles digestifs (diarrhée, vomissements, douleurs abdominales, nausée…), les insomnies et les cauchemars, et les troubles dermatologiques (urticaire, démangeaisons, éruptions cutanées…).

PrEP (Truvada) : en pratique

La prophylaxie pré-exposition au VIH (PrEP) peut se prendre de façon ponctuelle (lorsqu’on sait que l’on va avoir un rapport sexuel avec une personne séropositive ou potentiellement séropositive, par exemple) ou régulière (lorsqu’on a régulièrement des rapports sexuels non-protégés avec des personnes dont on ne connaît pas le statut sérologique ou atteintes par le VIH, par exemple).

Si la PrEP est prise de façon ponctuelle, la posologie habituelle est de 2 comprimés au minimum 4 heures avant le rapport sexuel, puis 1 comprimé par jour pendant 2 jours après le rapport à risque.
Si la PrEP est prise de façon régulière, la posologie habituelle est d’1 comprimé par jour.

Attention ! Le Truvada® est délivré uniquement sur ordonnance : ce médicament n’est pas en vente libre. Pour obtenir une ordonnance, il est possible de rencontrer un médecin spécialiste de l’infection à VIH (à l’hôpital ou dans un CeGIDD proposant des consultations PrEP) ou tout autre médecin, y compris généraliste, puis de réaliser une prise de sang (dépistage du VIH, des hépatites et des IST, bilan rénal).

Après la première prescription, le renouvellement peut être faire par un médecin généraliste. Une surveillance trimestrielle est mise en place pour les personnes sous traitement PrEP.

À savoir. La PrEP (Truvada® et génériques) est remboursée à 100 % par l’Assurance Maladie pour les personnes “exposées à un haut risque de contracter le VIH”.

PrEP (Truvada) : ça fonctionne vraiment ? Oui. Plusieurs recherches ont ainsi démontré l’efficacité de la PrEP en prise continue et en prise ponctuelle : Iprex Ole (États-Unis), Partners Prep (Kenya, Ouganda), Proud (Royaume-Uni), ANRS-Ipergay (France, Canada). Toutes ces études montrent que quand le médicament est bien pris selon le schéma indiqué, le risque de contamination par le VIH est infime.

Merci à Jean Spiri, président du Centre régional d’information et de prévention du sida et pour la santé des jeunes (Crips) Île-de-France.

Sources :

VIH.org
ANSM
Encyclopédie Vidal
Aides
Haute Autorité de Santé (HAS)
Crips Île-de-France
Commission Européenne

À lire aussi :

Sarcome de Kaposi : ce qu’il faut savoir sur ce cancer lié au Sida
38 % des infections au VIH dues à des séropositifs qui s’ignorent
Sida : un quart des jeunes se déclare mal informé

The post PrEP (Truvada) : ce qu’il faut savoir sur ce traitement préventif du VIH first appeared on ProcuRSS.eu.