La nouvelle a été accueillie avec espoir par le fondation Vaincre Alzheimer : le traitement permettant de ralentir le déclin cognitif chez les patients atteints de la maladie d’Alzheimer, mis au point par le laboratoire Biogen, vient d’obtenir une autorisation de mise sur le marché auprès de la Food and Drug administration (FDA) américaine. Ce traitement, l’aducanumab, serait ainsi le premier à pouvoir ralentir le développement de la maladie, prise à un stade précoce.

Le ralentissement du déclin cognitif a en effet été montré chez des personnes atteintes de troubles cognitifs légers (MCI) et de maladie d’Alzheimer au stade débutant.

Un traitement qui ralentit de 23 % le déclin clinique

Ce traitement, appelé Adulhem, ne stoppe pas l’évolution neurologique de la maladie d’Alzheimer mais c’est la toute première immunothérapie qui module les processus biologiques de la maladie. En éliminant les dépôts de la protéine bêta-amyloïde qui s’accumulent dans le cerveau malade, le traitement ralentit le déclin clinique de 23% indiquent deux études menées par le laboratoire.

“Même si l’Adulhem n’améliore pas la cognition ni ne stoppe le processus neuroévolutif, cette étape montre que la recherche avance et qu’elle commence à porter ses fruits. Cette avancée est le résultat de plus de 35 ans de recherche médicale et de progrès qui ont débuté depuis la découverte de la protéine bêta-amyloïde en 1984” souligne la Dre Maï Panchal, directrice scientifique de la Fondation Vaincre Alzheimer.

Une autorisation qui reste encore provisoire

Aduhelm a été approuvé en utilisant la voie d’approbation accélérée, explique la FDA dans un communiqué. Cette procédure peut être utilisée pour un médicament pour une maladie grave ou potentiellement mortelle qui offre un avantage thérapeutique significatif par rapport aux traitements existants. Mais les scientifiques devront mener une étude “post-approbation” pour vérifier que le médicament fournit le bénéfice clinique attendu. Si ce nouvel essai ne parvient pas à montrer le bénéfice clinique, la FDA pourra retirer l’approbation du médicament.

Quand le traitement sera-t-il approuvé en France ? Comme pour tout nouveau traitement, l’Agence européenne du médicament va devoir, à son tour, donner son avis, ce qui peut prendre quelques semaines voire quelques mois. “Je pense que la décision de la régulation américaine risque d’accélérer les procédures. Mais moi, je suis favorable à ce que l’on démontre d’abord que ce médicament a bien une activité clinique. Ce qui prendrait peut-être plutôt quelques mois ou d’années d’essais” suggère Philippe Amouyel, directeur général de la Fondation Alzheimer et professeur de santé publique au CHU de Lille, sur France Info.

En vidéo : les explications de la Pre Claire Paquet, neurologue à l’hôpital Lariboisière (Paris)

A lire aussi :

Alzheimer : et si ça démarrait dans le foie ?
Les femmes plus à risque d’Alzheimer que les hommes
Alzheimer : 5 habitude essentielles pour limiter le risque
La perte d’odorat, un signe précoce de maladie d’Alzheimer ?
La maladie d’Alzheimer ne débute pas toujours par des trous de mémoire

The post Maladie d’Alzheimer : ce qu’il faut savoir du nouveau traitement autorisé aux Etats-Unis first appeared on ProcuRSS.eu.