L’intolérance au lactose, c’est-à-dire au sucre du lait, est l’une des intolérances les plus fréquentes. Elle est due à un déficit en lactase, l’enzyme qui permet de “découper” la molécule de lactose et de la digérer. Mal absorbé par l’intestin, le lactose parvient au côlon, où il fermente avec production de gaz et appel d’eau. Des douleurs peuvent alors survenir, de même que des diarrhées.

Selon l’Assurance maladie, “30 à 50 % des Français auraient une digestion incomplète du lactose”. Mais seuls 5 % seraient très intolérants au lactose.

Comment savoir si je suis intolérant au lactose ? En cas de doute, un test respiratoire à l’hydrogène permet de poser le diagnostic de manière sûre. Il mesure la quantité d’hydrogène expiré après ingestion de lactose, laquelle est proportionnelle à la fraction non digérée. Si le chiffre est supérieur à la normale, il y a intolérance au lactose.

Quelles sont les solutions ?

Les symptômes disparaissent avec l’arrêt de la consommation des produits contenant du lactose, c’est-à-dire le lait (de vache, mais aussi de brebis ou de chèvre), la crème, le fromage blanc, les crèmes dessert. En revanche, les fromages à pâte dure (comté, emmental…) ou le fromage de brebis ne contiennent que des traces de lactose et ne posent donc pas de problème. Les pâtes molles type camembert ou le beurre ont une teneur très faible en lactose, et les yaourts comportent des bactéries qui prédigèrent le lactose.

“Sauf à être très intolérant, on peut ingérer jusqu’à 12 g de lactose par jour par tranches de 3 g”, estime le Dr Chabane. Et notez que si les boissons et crèmes végétales sont une bonne alternative aux produits laitiers, il existe aussi des laits à teneur réduite en lactose, intéressants pour leur richesse en calcium. Enfin, il est possible de prendre des comprimés de lactase pour mieux digérer les produits laitiers. Si rien de tout cela n’améliore vos symptômes, “c’est peut-être qu’il y a aussi une intolérance aux protéines de lait (caséines et autres)”, indique le Dr Habib Chabane, allergologue et auteur de Les allergies alimentaires (éd. Vigot). Il faudra dans ce cas supprimer tous les produits laitiers, même ceux faibles en lactose.

Lisez attentivement les listes d’ingrédients. Certes, les principaux pourvoyeurs de lactose sont les produits laitiers et leurs dérivés. Mais il est aussi utilisé dans un certain nombre de fabrications industrielles comme les produits de boulangerie et pâtisserie les charcuteries, les céréales de petit-déjeuner, les sauces, les plats préparés, les confiseries, le chocolat (même noir), et la majorité des aliments en poudre tels que la purée, etc. Si vous êtes intolérant au lactose, ouvrez l’œil et cherchez sur les listes d’ingrédients de ces aliments les mentions de lait, crème, beurre mais aussi sérum lactique, lactosérum ou caséinates.

Mais ne videz pas pour autant vos placards et votre frigo. Le gastro-entérologue Nicolas Mathieu et la diététicienne-nutritionniste Brigitte Coudray vous disent, dans ce diaporama, ce que vous pouvez vous permettre de manger sans craindre de ne pas le digérer.

A lire aussi :

Allergies et intolérances : quelle différence ?
A qui s’adresse le régime sans lactose ?
Tendances nutri : le jeu des 7 tribus

Oui au beurre © Getty Images/iStockphoto

Oui mais… à la crème fraîche © Getty Images/iStockphoto

Oui aux yaourts © Getty Images/iStockphoto

Oui aux fromages affinés © Getty Images/iStockphoto

Quels fromages choisir ? © Getty Images/iStockphoto

100 ml de lait par jour © Getty Images/iStockphoto

Jamais à jeun © Getty Images/iStockphoto

Quelle boisson à la place du lait ? © Getty Images/iStockphoto

Quelles sont les autres sources de calcium ? © Getty Images/iStockphoto

On n’oublie pas les fruits et légumes © Getty Images/iStockphoto

The post Intolérance au lactose : qu’est-ce que je peux manger ? first appeared on ProcuRSS.eu.