En parallèle de l’épidémie de Covid-19, les cyberviolences explosent : sur les réseaux sociaux (Facebook, TikTok, Instagram, Discord…), les injures, les menaces, le chantage à la webcam, aux vidéos ou aux photos volées, ou encore les humiliations sont désormais monnaie courante.

Au mois de février 2021, l’association e-Enfance avait ainsi noté une augmentation de 57 % des violences en ligne par rapport à 2019, en particulier chez les jeunes de 15 à 17 ans.

Pour faire face à ce phénomène inquiétant, le Secrétariat d’État en charge de l’Enfance et des Familles et l’Association e-Enfance viennent de lancer (dans le cadre du Plan Urgence Enfance face au Covid-19) un numéro d’assistance pour les victimes : le 3018.

Cyber-harcèlement, revenge porn, usurpation d’identité… le 3018 peut aider !

Gratuit, anonyme et confidentiel, le 3018 met en relation les victimes de cyberviolences (enfants et adolescents) avec des professionnels (psychologues, juristes et spécialistes des outils numériques) spécialistes du cyber-harcèlement, du revenge porn, du chantage à la webcam, de la surexposition aux écrans, des jeux vidéo, de l’exposition à des contenus violents et pornographiques, du contrôle parental, du paramétrage de compte sur les réseaux sociaux, du piratage de compte ou encore de l’usurpation d’identité. Il est à noter que ces spécialistes peuvent aussi s’adresser aux parents des victimes.

3018 : à quoi sert ce numéro ?Trusted flagger” (c’est-à-dire : “indicateur de confiance”) auprès de plusieurs réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Snapchat, Instagram, TikTok, Twitch, Youtube, Roblox, Discord et Yubo), le 3018 est en mesure de faire supprimer rapidement une publication ou un compte illégal (portant préjudice à la victime) en l’espace de seulement quelques heures.

Très concrètement, les experts du 3018 écoutent la victime et la conseillent, analysent le compte ou le contenu concerné et le qualifient juridiquement, répertorient les éléments constitutifs et constituent un dossier de signalement, qui est ensuite envoyé au service de modération du réseau social concerné via un canal prioritaire.

À savoir : accessible par téléphone 6 jours sur 7, de 9 heures à 20 heures, le 3018 peut aussi être contacté par messagerie via le site e-Enfance.

Source : communiqué de presse Ministère de la Santé

À lire aussi :

  • Les réseaux sociaux exposent plus au risque de dépression que les jeux vidéo
  • Dépression : sur les réseaux sociaux, les filles sont plus vulnérables que les garçons
  • Votre profil sur les réseaux sociaux en dit long sur votre santé

The post Cyberviolences : le 3018, un numéro d’assistance pour les victimes first appeared on ProcuRSS.eu.