Avec plus de 1 700 décès dus au Covid-19 et près de 260 000 nouveaux cas en 24 dernières heures, selon les derniers chiffres disponibles ce 21 avril sur outbreak.info, l’Inde connait depuis début mars une forte deuxième vague de Covid-19. Le pays est le deuxième pays le plus touché au monde (plus de 15 millions de cas), désormais devant le Brésil (13,9 millions) et derrière les Etats-Unis (31,7 millions).

Le variant indien, B.1.617 de son nom scientifique, a été identifié en Inde dès 2020. Ce variant cumule en fait deux mutations, raison pour laquelle on l’appelle “double mutant” : la mutation E484Q (aussi détectée chez le variant californien) et la mutation L452R (présente chez le variant brésilien). Grâce à ces mutations, ce virus parvient à mieux attaquer les cellules.

Le variant n’est pas (encore) identifié en France 

Pour l’heure, le variant indien n’a pas été détecté en France et Santé Publique France ne le répertorie pas dans les variants “préoccupants”. Quelques cas ont néanmoins été identifiés au Royaume-Uni, en Allemagne ou en Guadeloupe. “C’est évident que ce variant va arriver [en France] c’est une question de jours”, estime ce mercredi 21 avril sur franceinfo, Karine Lacombe, cheffe du service des maladies infectieuses à l’hôpital Saint-Antoine à Paris. Selon elle, c’est parce que le virus circule beaucoup, au sein d’une population peu immunisée, avec un moindre respect des gestes barrières, que sont apparues ces mutations, comme ce qui a été observé au Brésil.

S’il n’est pas présent en France, il y est évidemment sous surveillance. Le variant indien appartient pour le moment à la catégorie “variant of interest” (VOI) ou “variants à suivre“, en raison d’un impact en santé publique qui n’est pas formellement démontré, mais dont les “caractéristiques virologiques, cliniques et/ou épidémiologiques”, justifient ce classement, explique Santé Publique France. Ils se distinguent des “variants préoccupants” ou “variants of concern” (VOC), dont l’impact sur la santé publique (transmissibilité plus élevée, gravité de l’infection ou encore échappement immunitaire) est démontré. Les variants anglais, brésilien et sud-africain en font partie.

Ce 21 avril, la France a ajouté l’Inde à la liste des pays avec quarantaine obligatoire comme le Brésil, l’Argentine, le Chili, l’Afrique du Sud et le département de la Guyane pour faire face au variant brésilien.

Contagion, symptômes, anticorps… Que sait-on du variant indien ? 

Pour l’heure, les scientifiques indiens estiment que ce variant se transmettrait plus vite, mais que les symptômes resteraient “classiques”. Interrogé dans Le Figaro daté du 20 avril, Anurag Agarwal, directeur de l’Institut de génomique et de biologie intégrative de Delhi, observe que les patients se plaignent, comme d’autres avant eux, “de maux de tête, de congestion nasale, de maux de gorge, de douleurs musculaires.” En revanche, celui-ci relève que le mode de transmission serait un peu différent : “On constate qu’avec le nouveau variant, il y a moins d’infections par les surfaces.

Un autre spécialiste indien, le Pr Gautam Menon, professeur de physique et de biologie à l’université Ashoka, près de New Delhi, explique par ailleurs que des études récentes suggèrent que la mutation L452R est “plus résistante aux anticorps”. Toutefois, l’efficacité vaccinale n’est pas remise en cause pour le moment.

Ce variant est-il plus grave ou plus létal ? En Inde, si la flambée épidémique semble impressionnante, c’est dans un contexte particulier, dans un pays où les gestes barrières sont plus difficiles à appliquer, avec un accès aux soins difficile et inéquitable, il n’est donc pas possible de tirer de conclusion à ce stade.

Lire aussi :

  • Covid-19 : Quel vaccin pour les plus de 55 ans, 60 ans, 70 ans… ?
  • Tous Anti-Covid-Carnet : comment marche l’application ?
  • Immunité Covid-19 : elle durerait plus longtemps chez les femmes
  • Covid-19 : qu’est-ce que l’oxygénothérapie à domicile ?
  • Covid-19 : on n’ouvre pas assez les fenêtres
  • Covid-19 : la sédentarité augmente le risque de décès

The post Covid-19 : le variant indien sous surveillance first appeared on ProcuRSS.eu.