Boire de l’eau du robinet ? 85 % des Français le font tous les jours. À la maison, ils sont d’ailleurs de plus en plus nombreux à privilégier l’eau du réseau à l’eau en bouteille. Depuis 2006, l’écart se creuse en effet en faveur de l’eau du robinet. Jugée « sûre », « pratique », « moins chère » et de « bonne qualité » par une majorité de consommateurs, elle a l’avantage de ne pas générer de déchet domestique. Car, même recyclable, le plastique à usage unique des bouteilles n’a plus la cote. Et c’est tant mieux pour l’environnement.

En France, l’eau du robinet est très contrôlée et conforme aux normes sanitaires sur plus de 99 % du réseau. Pour autant, certains lui reprochent sa dureté (richesse en calcaire), son goût trop chloré et la présence résiduelle de polluants. C’est là que les carafes filtrantes entrent en jeu. Elles équipent aujourd’hui environ 20 % des foyers dans l’Hexagone. Une tendance qui reste stable ces dernières années.

Quelle est la promesse des carafes filtrantes ?

Dotées d’un filtre amovible contenant généralement du charbon issu de la combustion de la noix de coco, des résines et parfois d’autres composants (ions argent…), les carafes filtrantes promettent d’”améliorer l’eau du robinet”.

Une fois filtrée, l’eau ne présente plus de goût de chlore, un élément chimique utilisé pour empêcher la prolifération bactériologique sur l’ensemble du réseau.

Quels sont les avantages des carafes filtrantes ?

La majorité des filtres retiennent le calcaire – en quantité variable dans l’eau potable selon les régions -, et certains métaux (plomb… ) issus notamment de canalisations domestiques anciennes ou mal entretenues. Certains filtres affichent des spécificités “nitrates”, dont les teneurs dans l’eau du robinet peuvent, là aussi, varier selon les points de captage, tout en respectant les normes sanitaires en vigueur.

Dépourvue de calcaire, l’eau filtrée limite l’entartrement des appareils ménagers (cafetière, bouilloire…) dans les régions où elle est très dure. Non chlorée, elle permet aux amateurs de thés, infusions ou café d’apprécier leur boisson sans arrière-goût.

Que peut-on leur reprocher ?

Pour autant, la carafe n’a pas tout bon. En 2017, une enquête de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) pointait les risques liés à son mauvais usage : prolifération bactériologique, relargage de métaux et particules indésirables tels que les ions argent – un bactéricide utilisé pour pallier l’absence de chlore dans l’eau filtrée -, potassium ou sodium contenus dans certains filtres.

L’Anses estime néanmoins que la plupart de ces carafes respectent les normes en vigueur et souligne l’impossibilité d’évaluer l’efficacité réelle de toutes les carafes filtrantes commercialisées, faute de test normalisé.

Le Dr Chevallier, nutritionniste, admet ne pas recommander l’usage de la carafe filtrante. “L ‘eau du robinet est globalement sûre enFrance, surtout par rapport à bien d ‘autres pays. Néanmoins, on n’a pas encore les moyens financiers et techniques de contrôler toutes les molécules de synthèse qui peuvent s’y trouver, comme des résidus de médicaments, différents perturbateurs endocriniens…

4 conseils pour bien utiliser sa carafe filtrante

Les carafes sont destinées à filtrer de l’eau froide uniquement, et potable.
Une fois filtrée, l’eau (dans la carafe) doit être conservée au réfrigérateur et consommée dans les 24 heures.
Non utilisée, la carafe équipée de son filtre ne peut être entreposée plus de trois jours “à sec” au frigo.
Il faut laver  l’ensemble de ses pièces (hors filtre) à l’eau tiède savonneuse chaque semaine, et  bien les sécher.

A savoir : la plupart des carafes sont équipées d’un indicateur à leds ou manuel indiquant qu’il est temps de changer le filtre – généralement tous les mois si l’on filtre un à deux litres d’eau par jour. Mais les disparités sont grandes selon les fabricants. Ainsi, les gros consommateurs d’eau filtrée devront remplacer leur cartouche bien plus souvent, sous peine de voir leur eau se dégrader au fil du temps. Notez que l’eau filtrée n’est pas adaptée aux nourrissons.

Y a-t-il d’autres options ?

“Il faut garder en tête que la carafe filtrante est composée de plastique dur, qui peut se fissurer à la moindre chute et qui n’est pas recyclable,souligne Anne Thoumieux. La carafe est également équipée d’un filtre – en plastique lui aussi – qu’ il faut changer régulièrement et jeter. En termes environnementaux, ce n’est pas la panacée. En revanche, pour les gros buveurs d ‘eau en bouteille, c’est un premier pas vers le zéro-plastique, qu’ il faut encourager, bien sûr. Car les bouteilles d ‘eau, dans les faits, ne peuvent être recyclées que deux à trois fois.”

Utiliser une carafe en plastique recyclé sans BPA équipée d’un filtre rechargeable reste une option plus “durable”. Car avec 133 litres d’eau en bouteille consommés par habitant en 2019, les Français ont encore une belle marge de progression.

“Si l’on est gêné par l ‘odeur de chlore, il suffit de verser l’eau du robinet dans une carafe en verre non bouchée et de la réserver une heure au réfrigérateur, indique notre experte. On peut aussi opter pour un binchotan. Il s’agit d’un bâton de charbon actif de chêne que l’on immerge dans l’eau du robinet quelques heures pour lui donner un goût d’eau pure. Ce bâton peut être utilisé six mois d’affilée. Filtrée ou “épurée”, l’eau peut aussi devenir nomade en étant versée dans une gourde en Inox, pour limiter l’usage de la bouteille hors du domicile.

Quid du calcaire ?

Quant au calcaire présent dans l’eau du robinet, on se rappelle qu’il s’agit de calcium, un élément vital que l’alimentation apporte à notre organisme. Le retirer systématiquement de l’eau du robinet, c’est se priver d’une intéressante source de ce minéral. Certains fabricants de carafes proposent d’ailleurs des filtres ne retenant que les polluants résiduels et laissant passer calcium et magnésium.

Nos experts :

Dr Laurent Chevallier, médecin nutritionniste
Anne Thoumieux, auteure de J‘arrête le plastique ! (éd. Leduc)

The post Carafes filtrantes : j’en achète une ou pas ? first appeared on ProcuRSS.eu.